Enquêtes d’insertion

Que deviennent les Ostéopathes diplômés du Collège Ostéopathique de Bordeaux ?

Contexte de la profession

La France compte actuellement 17 897 ostéopathes exclusifs (Sources: Compagnie des Experts Judiciaires Ostéopathes Exclusifs 2018).

Ce chiffre est à corréler à un nombre de patients en constante augmentation et à une excellente image de la profession. L’ostéopathie est ainsi probablement la médecine complémentaire et alternative la plus populaire en France : 88% des Français ayant déjà consulté ont confiance en leur ostéopathe. On compte plus de 20 millions de consultations ostéopathiques chaque année auprès de 14,5 millions de patients.

Différents facteurs permettent de penser que cette progression restera constante :

  • Aujourd’hui plus de 85 % des mutuelles proposent un remboursement des soins ostéopathiques (3 à 5 consultations par an en moyenne)
  • Les motifs de consultation se multiplient: même s’ils sont encore majoritairement liés à une plainte articulaire ou post-traumatique, de plus en plus de patients consultent leur ostéopathe pour traiter des migraines, des insomnies, des troubles digestifs, ou atténuer leur stress.
  • La proportion de jeunes patients (- de 25 ans) ayant déjà consulté est en augmentation. Cela crée une habitude de consultation qui constituera la clientèle de demain.
  • En ce qui concerne les personnes âgées, il est à noter que les maisons de retraite ont de plus en plus souvent recours à un ostéopathe. Là encore c’est un potentiel à ne pas négliger.
  • Enfin, de nouveaux lieux d’exercice de la profession se font jour : clubs sportifs, maisons d’accueil spécialisées, hôpitaux, cliniques, maternités, entreprises. Des terrains de pratique que nos étudiants sont amenés à connaître durant leur cursus grâce aux partenariats régionaux développés par notre école. Un atout supplémentaire dans leur future insertion professionnelle.

Les Facteurs de réussite

Se préparer au métier de Chef d’Entreprise

Etre ostéopathe, c’est exercer deux métiers à temps plein : celui de praticien bien sûr, mais également celui de chef d’entreprise !

Nous préparons également nos étudiants à l’exercice de ce second métier :

  • en leur dispensant en fin de cursus des cours de comptabilité, de gestion, de marketing, de droit
  • en leur proposant des rencontres avec des partenaires professionnels (banques, assurances, prévoyance)
  • et en les orientant dans la mise en place d’une stratégie d’installation (étude de marché, business plan, constitution d’un réseau professionnel, etc.).

 

Choisir ses conditions d’exercice

L’exercice en cabinet libéral est bien sûr prépondérant.
Mais même si la création d’un cabinet ne représente que peu d’investissement au départ, il n’est pas forcément aisé de se constituer une clientèle en un minimum de temps.
Nous conseillons donc à nos jeunes diplômés de débuter leur exercice en tant qu’assistant d’un ostéopathe installé ou en tant que remplaçant. Le carnet de rendez-vous est ainsi vite rempli sans assumer les charges relatives à la création d’un cabinet. Cela leur permet de faire leurs armes et de finaliser leur apprentissage de l’exercice de la profession libérale avant de poser leur propre plaque.

Il est fréquent que cet assistanat ou ces remplacements débouchent sur une association ou sur la vente d’une clientèle en cas de retraite du titulaire.

Certains de nos diplômés choisissent également un exercice mixte en combinant exercice libéral et salarié (ou honoré) dans des clubs sportifs, des EHPADS, des maternités, des unités de soins (CHU, cliniques) ou en entreprise. D’autres deviennent également formateurs en école d’ostéopathie (après 5 ans d’exercice).

D’autres enfin, choisissent d’exercer leur profession à l’étranger.


Enquêtes réalisées auprès de nos diplômés

Le diplôme d’ostéopathe D.O délivré par le Collège Ostéopathique de Bordeaux a été élevé au Niveau I du Répertoire National de la Certification Professionnelle. Il s’agit d’une certification conférant un niveau BAC +5 au diplôme d’ostéopathie du COB.

Dans le cadre de cette certification, le COB réalise une enquête auprès de ses diplômés à 6, 18, 24 et 30 mois après leur diplomation. Les informations ainsi récoltées sont traitées en toute confidentialité.

Tout au long de leur cursus et plus particulièrement durant leur dernière année de formation, nous rappelons à nos diplômés que nous serons amenés à les contacter dans le cadre des enquêtes d’insertion.
Cela nous permet de leur indiquer l’importance de ce suivi, ses modalités, sa fréquence et son objet.

Nous planifions l’envoi des enquêtes qui sont adressées aux diplômés via une solution de questionnaire en ligne (Surveymonkey.com). Cette solution facilite la traçabilité et le traitement des réponses, en toute confidentialité et dans le respect du RGPD.
Nous programmons l’envoi du questionnaire et des relances en cas de réponse incomplète ou d’absence de réponse.

Quelques jours après le premier envoi, notre équipe (administrative et de coordination pédagogique) appelle chaque diplômé concerné pour nous assurer qu’il a bien reçu le questionnaire par voie électronique et qu’il va y répondre.

Notre établissement dispose également d’une association des anciens et d’une page facebook dédiée.
C’est un excellent moyen de conserver le contact avec nos diplômés notamment entre deux enquêtes.

Cela leur permet de continuer leurs échanges avec nos professeurs, avec des ostéopathes titulaires expérimentés, et de partager ainsi des informations utiles à leur installation (locaux vacants, offre d’assistanat ou de remplacement, départ en retraite) ou au suivi de leur activité professionnelle (juridique, fiscale, etc.)

Enfin, nous revoyons régulièrement certains d’entre eux dans le cadre du programme de formations postgraduées que nous organisons. C’est également l’occasion de les questionner sur leur installation.

Découvrir les résultats des enquêtes d’insertion 2016-2017-2018 (Juillet 2019)